Pourquoi les armes à uranium “appauvri” sont illégales

ENGLISH VERSION

Il y a au moins (!) trois textes pertinents en droit international :

  1. L’article 35 du protocole I additionnel aux Conventions de Genève de 1949, qui dit que

Il est interdit d’utiliser des méthodes ou moyens de guerre qui sont conçus pour causer, ou dont on peut attendre qu’ils causeront, des dommages étendus, durables et graves à l’environnement naturel.

  1. Les articles 51 et 54 du même protocole, qui rendent illégales les attaques indiscriminées sur des populations civiles, et la destruction de nourriture, d’eau, et d’autres éléments requis pour la survie. Les attaques indiscriminées comprennent le fait d’attaquer directement des cibles civiles (non-militaires), mais aussi utiliser des technologies comme les armes biologiques, les armes nucléaires et les mines, dont le rayon de destruction ne peut pas être limité ;
  1. La Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l’emploi des armes chimiques et sur leur destruction, qui dit clairement que :

On entend par “armes chimiques” les éléments ci-après, pris ensemble ou séparément :

a) Les produits chimiques toxiques et leurs précurseurs, à l’exception de ceux qui sont destinés à des fins non interdites par la présente Convention, aussi longtemps que les types et quantités en jeu sont compatibles avec de telles fins ;

b) Les munitions et dispositifs spécifiquement conçus pour provoquer la mort ou d’autres dommages par l’action toxique des produits chimiques toxiques définis à l’alinéa a, qui seraient libérés du fait de l’emploi de ces munitions et dispositifs ;

La vue dominante sur les armes à uranium « appauvri » a été fondée sur la croyance qu’elles ne contenaient que de l’uranium 238, dont la radioactivité est relativement faible. Cela a causé de nombreux débats (des gens affirmant que ces armes ne sont pas très dangereuses). Nous démontrons amplement la réalité de l’utilisation sy-sté-ma-tique de micro-doses de fission nucléaire dans les obus conventionnels. Rappelons aussi les effets mutagènes, cancérigènes et tératogènes des poussières d’uranium appauvri : malformations congénitales (Alaani et al 2012 JIMA, Alaani, Busby 2011 Conflict Health) ainsi que nos propres articles sur les cancers et maladies génétiques : autisme, trisomie 21, schizophrénie et autres handicaps (l’effet apparaît aussi avec la seule myopathie pour laquelle des statistiques étaient disponibles, l’Inclusion Body Myositis).

Bonus : ces armes contreviennent de toute évidence au traité de non-prolifération de 1968. 😉

Advertisements

One comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s