L’Autorité de sûreté nucléaire prête à de nouvelles mesures de la radioactivité à Canjuers

L’ASN, contactée suite à mes relevés de radioactivité à Canjuers (qui donnent lieu à la pétition que vous savez), m’a répondu, et indique que, “au-delà des strictes exigences règlementaires” (ce qui indique bien la faiblesse desdites exigences…), “au regard des éléments que vous présentez, les niveaux de radioactivité les jours de tir pourraient motiver de nouvelles mesures afin de mieux quantifier l’exposition qui en résulterait“.

Explications : la radioactivité détectée avec un compteur Geiger à Canjuers augmente considérablement les jours de tir (rien d’anormal un jour sans tir, contre plus de 3 fois la radioactivité naturelle un jour d’explosions, et ce à plusieurs kilomètres des tirs). Ceci confirme de façon assez évidente que la radioactivité est bien liée aux explosions d’armes.

L’ASN m’informe également que “d’après le Ministère de la Défense, l’uranium appauvri ne serait pas utilisé sur le camp de Canjuers, seuls des tirs de missiles contenant du thorium y étant réalisés“. Ce qui est assez cocasse dans la mesure où, d’après un officier en charge de la protection de l’environnement à Canjuers que j’ai eu au téléphone, à Canjuers les tirs de missiles ont cessé depuis plusieurs années, seuls des tirs d’artillerie y sont actuellement réalisés ! Mais bien sûr, il existe des obus d’artillerie à vocation anti-char qui sont tout à fait susceptibles de contenir de l’uranium “appauvri”. La transparence à ce sujet doit être réalisée. L’uranium n’est pas uniquement utilisé dans des obus de char, il est beaucoup plus répandu dans les armes que ce que le gouvernement veut bien admettre.

L’ASN me dit qu’elle “poursuivra ses échanges avec le ministère de la Défense”. Je lui ai donc rappelé qu’il ne fallait pas s’arrêter simplement à mes résultats en termes de niveaux de radioactivité, car le problème avec l’uranium “appauvri” c’est l’inhalation ou l’ingestion des poussières dégagées par les explosions. La poussière s’installe pour longtemps dans les poumons (l’uranium est un métal lourd capable de voyager dans tout l’organisme et d’y rester longtemps) et y dégage une radioactivité alpha dont le coefficient d’efficacité biologique relative est extrêmement élevée, engendrant des dommages irrémédiables (tumeurs) aux organes. Selon les calculs de feu Maurice Eugène André, spécialiste belge de radioprotection, une poussière d’un micron (invisible à l’oeil nu !) dans les poumons dégage 0,06 Sievert par an, soit 60 fois la dose admissible annuelle pour un adulte, et un amas de poussières de 5 microns 7,5 Sieverts, soit 7500 fois la dose annuelle admissible pour un adulte ! (lien vers les calculs : http://bienprofond.free.fr/hiroshi/2005/IrradiationUA.htm )

Le gouvernement, bien entendu, nie qu’il y ait une dangerosité liée à la radioactivité des armes à uranium (mais l’agent de l’IRSN a qui j’ai parlé était lui bien conscient de ses dangers, enfin j’espère). J’attends un retour de l’IRSN qui m’a laissé entendre elle aussi qu’elle pourrait éventuellement vouloir procéder à des relevés sur Canjuers…

Advertisements

4 comments

  1. Bonsoir,

    Bravo pour vos actions.

    On m’a suggéré de vous proposer de contacter la CRIIRAD pour avoir des relevés officiels.

    Bien à vous, Philippe

  2. En tout cas Roland Desbordes m’a dit qu’il trouvait intéressants mes nouveaux résultats. Venir pour faire des relevés implique deux choses : il faut avoir la chance de venir un jour où il y a des tirs, ou alors il faut pénétrer dans la zone interdite. Dans les deux cas ce n’est pas tout à fait facile… Merci de votre commentaire.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s