Le CEA, AREVA et Nexter “flashés” dans un consortium de missiles antichar MBDA

Commençons par des brevets. Toujours dans la série des charges creuses (lire l’article général et celui contenant des preuves sur de la recherche gouvernementale franco-britannique, ainsi que l’article plus large sur les GBUs et missiles à uranium) :

  • Un brevet de GIAT (Nexter, dont l’actionnaire à 100% est l’Etat français) pour une “Charge explosive engendrant plusieurs noyaux et/ou jets” (il s’agit donc d’une charge creuse, que Nexter pourrait utiliser par exemple dans un obus HEAT) qui autorise explicitement l’emploi d’uranium : https://www.google.fr/patents/EP0437992A1
  • Un brevet déposé cette fois-ci au nom du “Gouvernement de Sa Majesté” pour une charge creuse à uranium “appauvri” : https://www.google.fr/patents/US5331895
  • Un brevet du gouvernement français représenté par le délégué ministériel pour l’armement pour une charge creuse à uranium “appauvri” https://www.google.fr/patents/US4922825 – dans ce dernier cas, la version allemande du dépôt (étrangement l’État français a déposé son brevet en allemand et en anglais mais je ne le trouve pas en français !) mentionne que le Commissariat à l’Énergie Atomique était co-déposant. A votre avis, si on a besoin du Commissariat à l’Énergie Atomique, c’est pour développer des charges creuses en tantale ?

Et AREVA, connu dans le passé pour avoir manufacturé des obus à uranium via sa filiale la SICN à Annecy, se mêle aussi de recherche sur les missiles dans le cadre du consortium “Materials and Components for Missiles” sous l’égide de la MBDA, avec également la participation du CEA et de Nexter :

AREVA CEA MBDA MISSILES

Donc on se doute bien qu’on n’a pas affaire là à un simple club informel de discussion sur les vertus comparées du tantale, du cuivre et du tungstène dans les charges creuses des missiles (qui sont prétendument employés…).

Rappelons que les technologies utilisées sont celles de la fission nucléaire : les explosifs des missiles antichar et autres bunker busters utilisent systématiquement de toutes petites doses de fission, ce qui est rendu possible par la compression de petites masses d’uranium hautement enrichi. La compression par des explosifs augmente vertigineusement la densité à un instant t, ce qui diminue énormément la masse critique (l’information est même sur Wikipédia !! “varying the density of the mass” permet de réduire (ou d’augmenter) la masse critique https://en.wikipedia.org/wiki/Critical_mass#Changing_the_point_of_criticality). En combinaison avec une source de neutrons (tritium par exemple) la fission est donc possible. Ceci a même été confirmé par un pilote de char vétéran de l’armée française… Lire nos articles sur les armes avec plus de détails sur le fonctionnement, sur les flashs (en anglais) et sur l’ajout ultérieur d’uranium appauvri (voir aussi l’absence d’utilisation d’uranium appauvri à Gaza), démontrant l’intention criminelle derrière l’ajout de masse d’uranium appauvri dans les armes (utilisation pour stériliser de vastes superficies bombardées et éradiquer les populations).

Advertisements

3 comments

  1. […] une charge creuse principale plus en arrière dans la plupart des missiles modernes) Actuellement AREVA est directement impliquée dans le développement de missiles MBDA. On se demande bien ce qu’ils vont y faire… Ou pas : AREVA via sa filiale la SICN a déjà […]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s