Affaire Acariès – la Défense fait appel

Une chambre du TGI de Paris en charge des pensions militaires a rendu fin décembre dernier un jugement ordonnant une expertise sur les restes de Ludovic Acariès, mais :

1) cette expertise couvre nickel, antimoine, strontium mais pas l’uranium, en dépit du fait qu’il y a plus de 16 fois le taux dit “significatif” d’uranium dans les échantillons pris sur Ludovic et que la comparaison avait été faite avec d’autres soldats décédés lors de la guerre et donc exposés naturellement à l’uranium appauvri. Les taux de ces éléments sont encore plus “significatifs” mais cela néglige totalement la dangerosité de l’uranium appauvri à faible dose. Antimoine, strontium, nickel (non radioactifs) ne tirent pas de particules alpha à haute efficacité biologique relative, contrairement à l’uranium.

2) le Ministère de la Défense vient malgré tout de faire appel !

Tandis qu’en Italie plus de 100 victimes et familles de vétérans victimes de l’uranium appauvri (généralement des familles après le décès d’un proche) ont obtenu réparation (des sommes parfois supérieure au million d’euros), la France démontre l’absence de neutralité de sa justice en refusant toute indemnisation à ses hommes (qui se sont pourtant engagés pour leur pays) – mis à part peut-être un cas en secret… Il est évident que la décision de ne pas ordonner d’expertise sur l’uranium en dépit des concentrations plus que significative est politique. Et MALGRE CELA, le ministère de la Défense fait appel. Alain Acariès a 75 ans, il se bat depuis 2001 pour la reconnaissance de la causalité militaire dans le décès de son fils à l’âge de 27 ans en 1997, trois ans après son service militaire dans les Balkans, d’un lymphome foudroyant. En Italie, l’Observatoire militaire a dénombré plus de 350 décès, 4000 cancers. Denise Nichols, infirmière américaine, parle de plus de 13 000 vétérans américains morts des suites de la première guerre du Golfe, et il faut ajouter à cela tout l’Irak, l’Afghanistan… sans parler des vétérans du Vietnam exposés eux aussi, l’uranium appauvri y ayant été utilisé pour la première fois massivement.

ludovicacaries.jpeg

Advertisements