The DU cloud of the April 14 strikes in Syria – le nuage d’UA des frappes du 14 avril en Syrie (Tomahawk, Scalp, JASSM, MdCN)

[Français plus bas]
April 14th, early in the morning, strikes on Syria, with 66 Tomahawk expected to include 695 kg of DU, 19 AGM-158 JASSM with each 399 kg of DU, 20 Scalp-Eg with each 595 kg of DU, that is a total of 105 cruise missiles with 65,4 tons of DU (no estimation for the MdcN but likely higher amount of DU than the Tomahawk). These estimates (by Paolo Scampa) can be easily corroborated by looking at the actual spikes in radioactivity after the wave of strikes.
Let’s first look at the weather :
Vents 14 avril matin.png

It makes sense that the cloud travels quite rapidly to the West, and indeed it is in the Gulf of Lion that we find the first, and most significant, fallout :

Montpellier.png

That’s approximatively 8 or 9 hours after the strikes. And it is also more sustained than the following peaks that all happen later, indicating the cloud actually came in the French coast first (there is no other beacon than Montpellier in EURDEP where I find such peak, indicating it stayed really on the coast). Then it immediately took the direction of the East, as the winds changed directions :

vents 15 avril matin.png

So we come to Central Italy and Northern Croatia :

Cecina Marini.png

Premantura nord Croatie.png

Villa Potenza centre Italie.png

The cloud keeps travelling with winds clearly going to the South
vents 16 avril matin.png
Rome.png
More to the south of Italy :
Maratea sud de Naples Italie.png
Melfi Pouilles.png
vents 16 avril tard.png Winds do now allow for the cloud to travel across the sea from Italy to Greece (see at my cursor)
Kavala Greece.png
Little peak at midnight on the 17
Limnos Greece.png
Exactly the same time for the peak in another beacon in Greece
So yes : perfect confirmation that the cloud of depleted uranium was pushed first very fast to France by the winds across the Mediterranean, then came back slowly to the East. This confirms extremely well the fact that there is a VERY significant amount of depleted uranium incorporated in all of these missiles – you will need several hundreds of kilograms of DU per cruise missile to get a significant fallout in Montpellier, very far from Syria…
Uranium emits 99% of its energy in alpha, which is NOT seen in these radioactivity beacons ! (that only detect gamma) which is why I say this is a LOT of depleted uranium.
Use the links on top of the page to learn more : for instance to learn more on the systematic use of depleted uranium in all conventional weapons by the USA, UK & France, go here.
****
Le 14 avril au matin, frappes en Syrie, avec 66 Tomahawk dans lesquels on attend 695 kg d’uranium appauvri, 19 AGM-158 JASSM avec chacun une estimation de 399 kg d’uranium appauvri, 20 Scalp-Eg avec chacun une estimation de 595 kg d’uranium appauvri, soit au total 105 missiles de croisière avec 65,4 tonnes d’uranium appauvri (hors MdcN, qui doit incorporer plus d’UA que le Tomahawk). On peut facilement recouper ces estimations (faites par Paolo Scampa) avec le nuage de poussière radioactif que l’on suit très bien après le bombardement. Se référer aux images ci-dessus (ce qui me permet de ne pas les coller deux fois et alourdir votre navigateur…) : on voit d’abord les vents le matin du 14 avril, qui visiblement traversent la Méditerranée très rapidement, et cela correspond à la localisation du premier pic, le plus important, à Montpellier. On observe ensuite, tandis que la météo permet au nuage de revenir vers l’Est et de survoler l’Italie, plusieurs pics, par ordre chronologique dans le nord de l’Italie et de la Croatie (Villa Potenza, Premantura, marina de Cecina), puis Rome, Maratea et Melfi dans le sud, et enfin, alors qu’on confirme que les vents permettent une traversée de l’Adriatique vers la Grèce, deux pics simultanés à Kavala et Limnos en Grèce.
CQFD : toutes les bombes tirées en Syrie le 14 avril étaient rempli d’une TRES grosse quantité d’uranium appauvri. Le pic à Montpellier est particulièrement significatif et ne peut être obtenu avec de faibles quantités d’uranium appauvri, il en faut des centaines et des centaines de kilos par missile pour avoir des retombées aussi importantes à un point aussi éloigné.
L’uranium émet à 99% en alpha, ce qui n’est PAS visible sur ces sondes de radioactivité qui ne détectent que le gamma ! ce qui est la raison pour laquelle je dis que cela représente BEAUCOUP d’uranium appauvri.
Ne pas hésiter à suivre les liens en haut de page pour en savoir plus. Par exemple, pour en savoir plus sur l’usage systématique d’uranium appauvri dans toutes les armes conventionnelles par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, c’est par ici.
Advertisements