Depleted uranium RAM of the Tomahawk pictured after US missiles shot down in Syria – le BELIER en uranium appauvri du Tomahawk photographié après que des missiles US ont été abattus en Syrie

[Français plus bas] Ladies and gentlemen… after the depleted uranium cloud of dust after the April 14 strikes (seen on radioactivity beacons all across Europe thanks to the EUR DEP network of the European Commission) and the very long list of proof of the massive use of depleted uranium in all cruise missiles, GBUs, antitank missiles…, here is an actual picture (provided by the Russian Ministry of Defence in a conference whose point was about the shooting down of a number of missiles in the April 14 strikes by their S-300 and S-400) which in fact shows the depleted uranium metal shell of the Tomahawk : (above, left)

OGIVE TOMAHAWK
Right click, “see the image” for larger pic – clic droit “afficher l’image” pour version + grosse

You can clearly see that the metal is a bit green, which is the characteristic colour of depleted uranium metal.

u_metal_lazar.jpg

I’d say in fact that it confirms every claim about the very heavy amount of depleted uranium in each Tomahawk cruise missile. As explained in this website depleted uranium is NOT needed because 1. you can use a non radioactive incendiary material, for instance iron, in powder, would allow for lighter, hence faster, missiles, and the energy at impact is similar (what’s lost in inertia is gained in speed) 2. the warheads all use nano-nuclear bombs since the beginning of World War 2 and the discovery of nuclear fission (this was much easier to develop than the Little Boys and Fat Mans that the people know as atomic bomb). Supercriticity is easily possible with even less than one gram of highly enriched uranium because increase in density allows to reduce critical mass ! (another way to say it is to say that increase in density increases effective mass, thus going above critical mass as we know it officially) I have listed many, many proof of the systematic use of nuclear energy in conventional weapons here.

***

Mesdames et messieurs, après le nuage de poussières radioactives causé par les frappes du 14 avril suivi à l’aide du réseau EUR-DEP de la Commission à travers l’Union européenne, et la liste complète des preuves de l’utilisation massive d’uranium appauvri dans les missiles guidés, bombes GBUs, missiles de croisière… voici, en raison de ce qu’un certain nombre de missiles ont été abattus par les S-300 et S-400 russes, des morceaux de missiles présentés à la presse (le ministère russe souhaitant prouver l’efficacité de ses défenses aériennes) ; l’ogive visible en haut à gauche (première photo) ne laisse AUCUN DOUTE : il s’agit d’uranium appauvri métal (comparer avec la deuxième photo), la couleur tendant sur le vert est très caractéristique de l’uranium. On confirme à nouveau la quantité massive d’uranium appauvri emportée par chaque missile Tomahawk.

Comme nous l’avons à de nombreuses reprises expliqué l’uranium appauvri peut PARFAITEMENT être remplacé par un métal non radioactif tout aussi incendiaire : prendre de la poudre de fer compactée permettrait d’avoir des missiles plus légers donc plus rapides, avec une force d’impact au final similaire, et sans l’effet radioactif. Mais il s’agit bien d’empoisonner volontairement les sols et les populations civiles, de rendre inhabitables des régions entières ! L’uranium appauvri n’est pas nécessaire car toutes les ogives des missiles “conventionnels” utilisent des nano-charges nucléaires, avec moins d’un gramme d’uranium hautement enrichi par missile violemment comprimé avec une source neutronique pour déclencher une supercriticité (l’augmentation de densité faisant augmenter la masse effective pendant une période suffisante pour une réaction en chaîne produisant plusieurs milliers de degrés celsius). De très nombreuses preuves dans cet article.

Advertisements