L’uranium appauvri, bombe à retardement dans le corps humain – Depleted uranium, time bomb in the human body

[ENG below] L’uranium appauvri (comme l’uranium en général) est une véritable bombe à retardement dans le corps humain. Les vétérans du Golfe, notamment, ont ressenti des symptômes allant croissant, avec parfois des cancers foudroyants se déclenchant une vingtaine d’années après le séjour au front. Ce phénomène s’explique parfaitement avec la radioactivité de l’uranium : en effet la “chaîne de désintégration” présente des demi-vies de plus en plus courtes au fur et à mesure du cheminement de l’atome vers la stabilité (de l’uranium au plomb). Un amas de particules d’uranium va émettre de ce fait un nombre croissant de rayons alpha par jour avec le temps. C’est le simple effet de la loi des grands nombres (il y a beaucoup d’atomes d’uranium dans une microparticule).

Ceci ne peut que confirmer toute l’importance de se protéger dès aujourd’hui (et quand bien même le cannabis ait énormément de propriétés régénératives sur lesquelles on peut compter en toute confiance) de la contamination aux nanoparticules émettrices alpha qui sont présentes dans l’environnement en provenance de différentes sources (radon, eau du robinet, engrais phosphatés, fumée des carburants et du pétrole, suies du charbon, incinérateurs, tabac, viande… pour ne pas les citer, et il y en a quelques autres moins significatifs – les poussières dans les carrières de granite par exemple, les déchets miniers en général, le soufflage de verre, les opérations avec du plomb fondu…) même hors zone de conflit ! Sans parler des retombées des bombardements à uranium appauvri et des accidents nucléaires, et des quelques restes des essais nucléaires atmosphériques encore en suspension dans l’atmosphère.

Depleted uranium, as uranium in general, is a true time bomb in the human body. Veterans of the Gulf War have, for instance, frequently felt symptoms increasing progressively after return from the conflict area, with sometimes crushing cancer 20 years after return. This phenomenon can be very simply explained with the radioactivity of uranium : indeed the “decay chain” presents half lives that are shorter and shorter from uranium to lead. So a microparticle of uranium will emit progressively more and more alpha rays – as a simple consequence of the law of great numbers (there is a lot of atoms of uranium in a microparticle).

This can only confirm all the importance of taking care to avoid as soon as possible exposure (even though cannabis has many regenerative properties on which it is possible to count confidently) to uranium and other alpha emitting nanoparticulates that are present in the environment from various sources even out of conflict areas ! Radon, tap water, phosphated fertilizers, smokes from oil and fuels, soots from coal, waste burning facilites, tobacco, meat… There are some minor ones in addition (dust from granite mining, ore manipulation in general, lead smelting for instance). And to this must be added the fallout from depleted uranium bombings, from nuclear accidents, and the remains of atmospheric nuclear testing still suspended in the atmosphere.

Advertisements