The DU cloud of the April 14 strikes in Syria – le nuage d’UA des frappes du 14 avril en Syrie (Tomahawk, Scalp, JASSM, MdCN)

[Français plus bas]
April 14th, early in the morning, strikes on Syria, with 66 Tomahawk expected to include 695 kg of DU, 19 AGM-158 JASSM with each 399 kg of DU, 20 Scalp-Eg with each 595 kg of DU, that is a total of 105 cruise missiles with 65,4 tons of DU (no estimation for the MdcN but likely higher amount of DU than the Tomahawk). These estimates (by Paolo Scampa) can be easily corroborated by looking at the actual spikes in radioactivity after the wave of strikes.
Let’s first look at the weather :
Vents 14 avril matin.png

It makes sense that the cloud travels quite rapidly to the West, and indeed it is in the Gulf of Lion that we find the first, and most significant, fallout :

Montpellier.png

That’s approximatively 8 or 9 hours after the strikes. And it is also more sustained than the following peaks that all happen later, indicating the cloud actually came in the French coast first (there is no other beacon than Montpellier in EURDEP where I find such peak, indicating it stayed really on the coast). Then it immediately took the direction of the East, as the winds changed directions :

vents 15 avril matin.png

So we come to Central Italy and Northern Croatia :

Cecina Marini.png

Premantura nord Croatie.png

Villa Potenza centre Italie.png

The cloud keeps travelling with winds clearly going to the South
vents 16 avril matin.png
Rome.png
More to the south of Italy :
Maratea sud de Naples Italie.png
Melfi Pouilles.png
vents 16 avril tard.png Winds do now allow for the cloud to travel across the sea from Italy to Greece (see at my cursor)
Kavala Greece.png
Little peak at midnight on the 17
Limnos Greece.png
Exactly the same time for the peak in another beacon in Greece
So yes : perfect confirmation that the cloud of depleted uranium was pushed first very fast to France by the winds across the Mediterranean, then came back slowly to the East. This confirms extremely well the fact that there is a VERY significant amount of depleted uranium incorporated in all of these missiles – you will need several hundreds of kilograms of DU per cruise missile to get a significant fallout in Montpellier, very far from Syria…
Uranium emits 99% of its energy in alpha, which is NOT seen in these radioactivity beacons ! (that only detect gamma) which is why I say this is a LOT of depleted uranium.
Use the links on top of the page to learn more : for instance to learn more on the systematic use of depleted uranium in all conventional weapons by the USA, UK & France, go here.
****
Le 14 avril au matin, frappes en Syrie, avec 66 Tomahawk dans lesquels on attend 695 kg d’uranium appauvri, 19 AGM-158 JASSM avec chacun une estimation de 399 kg d’uranium appauvri, 20 Scalp-Eg avec chacun une estimation de 595 kg d’uranium appauvri, soit au total 105 missiles de croisière avec 65,4 tonnes d’uranium appauvri (hors MdcN, qui doit incorporer plus d’UA que le Tomahawk). On peut facilement recouper ces estimations (faites par Paolo Scampa) avec le nuage de poussière radioactif que l’on suit très bien après le bombardement. Se référer aux images ci-dessus (ce qui me permet de ne pas les coller deux fois et alourdir votre navigateur…) : on voit d’abord les vents le matin du 14 avril, qui visiblement traversent la Méditerranée très rapidement, et cela correspond à la localisation du premier pic, le plus important, à Montpellier. On observe ensuite, tandis que la météo permet au nuage de revenir vers l’Est et de survoler l’Italie, plusieurs pics, par ordre chronologique dans le nord de l’Italie et de la Croatie (Villa Potenza, Premantura, marina de Cecina), puis Rome, Maratea et Melfi dans le sud, et enfin, alors qu’on confirme que les vents permettent une traversée de l’Adriatique vers la Grèce, deux pics simultanés à Kavala et Limnos en Grèce.
CQFD : toutes les bombes tirées en Syrie le 14 avril étaient rempli d’une TRES grosse quantité d’uranium appauvri. Le pic à Montpellier est particulièrement significatif et ne peut être obtenu avec de faibles quantités d’uranium appauvri, il en faut des centaines et des centaines de kilos par missile pour avoir des retombées aussi importantes à un point aussi éloigné.
L’uranium émet à 99% en alpha, ce qui n’est PAS visible sur ces sondes de radioactivité qui ne détectent que le gamma ! ce qui est la raison pour laquelle je dis que cela représente BEAUCOUP d’uranium appauvri.
Ne pas hésiter à suivre les liens en haut de page pour en savoir plus. Par exemple, pour en savoir plus sur l’usage systématique d’uranium appauvri dans toutes les armes conventionnelles par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, c’est par ici.
Advertisements

DU, the best ally of the military industrial complex – L’uranium appauvri, meilleur allié du complexe militaro industriel

Let’s remember these simple words… Souvenons-nous de ces mots simples…

Muslim man depleted uranium shariah
“J’ai été radicalisé à la vue des photos d’enfants malformés par les armes à uranium appauvri américaines en Irak”
Beauvais.jpg
La guerre d’Irak, radioactive jusqu’en France (ici Beauvais) à cause des cendres d’uranium des bombes / Iraq war, radioactive up to France (here Beauvais in the North) because of the uranium fallout from the weapons – source IRSN, des données sont encore sur EURDEP et permettent de constater la même augmentation – found on the IRSN website, EURDEP allows to see the same increase – I picked Lelystad in the Netherlands and found a 3.3 nanoSv/h increase over the studied period (June to Sept 2003) relative to a good average of 4 months before the war – j’ai pris Lelystad aux Pays Bas et observé 3,3 nanoSv/h d’augmentation sur une période de 3 mois (juin-septembre 2003 par rapport à décembre 2002-mars 2003) – données Lelystad

Please note that the increase is MUCH significant in terms of human health because it is mostly made of uranium 238 dust which emits more than 99% of its radiation in alpha, that is NOT picked up by Geigers used for evaluating the background radioactivity as above. Plus, the effects of uranium dust inside the human body have to be multiplicated by the coefficient of sensibility of organs, which can be VERY high.

Merci de noter que l’augmentation est TRES significative en termes de santé humaine car elle est produite essentiellement par les poussières d’uranium 238 qui émettent plus de 99% de leurs rayonnements en alpha, ce qui n’est PAS détecté par les Geigers utilisés pour évaluer la radioactivité ambiante, comme ci dessus. De plus, les effets de la poussière d’uranium dans le corps humain doivent être multipliés par le coefficient de sensibilité des organes, qui peut être TRES élevé.

I have discussed in an earlier article more thoroughly the contribution of depleted uranium to jihadism. That is simply obvious when you see the frequency of birth defects in bombed countries like Iraq. I even had to dissociate myself from Dr Alaani from Fallujah because I came to see she supported calls to jihad in reply to her reports about birth defects in her hospital.

J’ai discuté dans un article plus ancien la contribution de l’uranium appauvri au jihadisme. Qui est simplement évidente quand on voit la fréquence des malformations congénitales dans un pays bombardé comme l’Irak. J’ai même du me dissocier de la Dr Alaani de Fallujah car je me suis aperçu qu’elle soutenait des appels au jihad en réponse à ses publications sur les malformations congénitales dans son hôpital.

(est-il nécessaire de faire un cours de sociologie sur la réaction violente à une injustice non reconnue et à la chance que cela représente pour les groupuscules extrémistes opportunistes ? Is it needed to do a lecture in sociology ? on violent reactions to injustice and to the chance it represents for radical opportunistic groups ?)

I explain very clearly on this website why depleted uranium is NOT needed for armour piercing. J’explique de façon très claire sur ce site pourquoi l’uranium appauvri n’est PAS nécessaire pour traverser les blindages.

Your monthly delivery of birth defects from Fallujah – March 2018 — livraison mensuelle de malformations congénitales de Falloujah – mars 2018

Malformations de janvier/février 2018 (période d’un mois) à Falloujah – birth defects in Fallujah, Jan / Feb 2018 (over one month)

Birth defects between the end of November and the end of December 2017 in Fallujah / malformations entre fin novembre et fin décembre 2017 à Falloujah

The situation is the same everywhere the US, UK, FR and their allies have massively bombed inhabited areas.

La situation est la même partout où les Etats Unis, le Royaume Uni, la France et leurs alliés ont massivement bombardé des zones habitées. Lire par exemple cet article / read for instance this article.

Il est évident que le complexe militaro industriel a TOUT intérêt à vendre des armes qui créent les attentats qui permettront de vendre ENCORE plus d’armes à l’avenir. L’uranium appauvri représente une pollution éternelle des sols (4,5 milliards d’années) et donc une garantie potentiellement éternelle de revenus pour les groupes d’armement qui vendent ces armes. Avec des taxes et de la dette… Un crime contre l’humanité qui leur permet de gagner de l’argent ! (avec des rétrocommissions…)

It is obvious that the military industrial complex has ALL interest in selling weapons that guarantee the terrorist attacks that will allow to sell EVEN more weapons later. Depleted uranium amounts to an eternal contamination of the soils (4,5 billion years) and thus a potentially humongous insurance of income for weapon industries making these weapons. With taxes and debt… A crime against humanity that allows them to gain money ! (with feedback “gifts” for politicians)

Remember Eisenhower’s speech. (le fameux discours d’Eisenhower contre la croissance du complexe militaro-industriel, en 1961)

Please share this article and sign the petition (at this scale this needs something else than a small petition but it’s also a good way to keep in touch, with my updates) & follow me on Facebook. N’hésitez pas à partager cet article et à signer la pétition (à cette échelle il faut bien autre chose qu’une pétition mais c’est aussi une bonne façon de rester en contact, avec mes mises à jour) & me suivre sur Facebook.

The RBMK design in Chernobyl : a sodium-cooled fast reactor – explanation of the violence of the explosion and of the fire

[Version française] There are several proof of the use of sodium in the Chernobyl RBMK design in a fast reactor design. I wish first to give the explanation : because a fast reactor is a breeder allowing for a good production of Pu239 which the Soviet Union desperately needed to have as many nukes (and in fact more) than the USA. And a sodium-cooled fast reactor allows to produce a lot of sodium-24 (sodium activated by neutron capture) which is a very good neutron source (in combination with e.g. heavy water), much more powerful than alpha + beryllium neutron sources (so it improves considerably the yield of nuclear devices). Sodium-24 nevertheless has a short half life (14 hours) and must so be produced close to the potential war zone or close to the ICBM base. You’ll note that the only recognized sodium reactor in Russia today is close to a warhead plant (Sverdlovsk-45) and that Russia has many mobile ICBMs available. The main US prototypes are in Idaho, close to ICBM bases, and the three French projects are in the south-eastern part of the country (Superphénix in Grenoble, Astrid and Phénix in the Gard département, Rhapsodie in Cadarache), so closer to the Middle East (a point especially meaningful for Astrid, the new project under development, even “downsized to 300 MW”).

The very first element is that sodium is a very easy explanation for the positive void coefficient of the RBMK design ; whereas it is very weird to have a positive void coefficient with a liquid water moderator because the point is that the increase in the fission rate in the reactor gets the water to boil, which relieves the fissile material of some pressure, reducing effective mass and thus slowing down fission. This is very rarely noted. Another very easy element is that it can be found that RBMK reactors used spent VVER fuel (VVER is the common light water reactor type). The only kind of reactor that uses spent fuel is a fast neutron burner type.

“The Decay of Communism: Managing Spent Nuclear Fuel in the Soviet Union, 1937‐1991” de Per Högselius (published article https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.2202/1944-4079.1040 ) we read that “A “tandem” system [for spent fuel management] was partly realized in this context, in which spent fuel from VVER nuclear power plants, submarine reactors, and research installations was reprocessed and used for the production of RBMK (Chernobyl‐type) fuel. […] . RBMK spent fuel was not reprocessed.”

I’d also like to point that some Soviet nuclear submarine (attack-type, the “Alfa” class) had fast neutron reactors, cooled with lead-bismuth (because it is smaller for the same power output and likely because of the desire to produce quickly neutron sources through activation) and that by listening to the documentary on the Kursk submarine by Jean-Michel Carré (for French public TV Fr3, Thalassa) we learn that “the Kursk had a reactor of the same brand than Chernobyl”. The Kursk actually was an attack-type submarine with torpedoes and cruise missiles only, suggesting indeed again use of fast neutrons in Chernobyl. Dyatlov, the Soviet engineer in charge of the experiment in Chernobyl that led to the blast, used to work on the setting up of nuclear reactors in submarines, in Komsomolosk-na-Amure, until 1973, before being sent to Chernobyl. It can be expected that an expert in fast neutron reactors for submarines was sent to work in another fast neutron reactor.

A great proof for sodium I point is simply the findings of sodium mineralized onto the uranium lava of the exploded plant by researchers. Such mineralization involves a violent compression (because mineralization usually happens mostly deep underground), linked clearly to the contribution of sodium to the blast (link to article).

sodium chernobyl

One can also observe the distribution of fission products : there is a difference between the fission products of slow neutron fission and the fission products of fast neutrons (not “high energy”, this is not the Sun or a thermonuclear bomb).

fission-product-yield-n

By looking into a publication regarding fission products in the sky of Helsinki just after the blast, I find a maximum of 400 000 microBq/m3 of Cd115, to be compared with the Ru106 (630 000 microBq/m3 for the same sample the same day). 400 000 uBq de Cd115 = 21,19 picograms, 630 000 uBq de Ru106 = 5,1 nanograms, so Cd115 here amounts to 0,41% of the Ru106. By looking at fast neutron fission data for U238, we find 1,5% (0.046/3) page 6 of this other publication. It was quite hard to find data for Cd115 under fast neutron fission, yet the trend is identical with U238, U235, Pu239 (it’s mostly a translation but ratios do not change much). But to account for the difference between 0.41% and 1.5%, one must consider a very simple element which is the very quick radioactive decay of Cd115 (2,3 days, vs. more than one year for Ru106) and the fact that the sample studied was taken on the evening of April 28, so almost 3 days after the explosion. Which means that our ratio is relatively consistent with fast neutron fission.

Lastly I’d point to the paper by Filippov, Urutskoev, Lochak, Rukhadze (Condensed Matter Nuclear Science, Ed. J. P. Biberian, World Scientific Publishing Co., Singapore, 2006. p. 838–853)  which notes that the explosion was very quick, whereas a thermal neutron reactor nuclear blast would have needed about 20 seconds to happen… with a fast neutron reactor it is logical that the explosion is much faster. Everybody knows this when it comes to fast neutrons reactors, the “reaction time” is very short.

The positive void coefficient is used to unload plutonium from the breeder without shutting down and thus avoiding detection by satellites watching infrared signals from reactors. It means however that when fission accelerates, there is no “tamper” like bubbling water vaporizing to reduce effective mass, on the contrary sodium, when warmer, increases the pressure onto the fuel (which is the property used to reduce the power of the reactor and unload peacefully the Pu239 without shutting down, because the reactor was brought to higher temps earlier, so that the sodium is still warmer and still pressures the core once the reactor has been violently brought to a very low regime thanks to the famous pressure bars). And sodium burns very violently, even explodes, when on contact with air or water. So the nuclear reaction in the reactor is uncontrolled, the pressure of the sodium also increases, the supercriticality is explosive, and at the moment the reactor is volatilized the sodium gets outside and you simultaneously have the nuclear explosion and the sodium explosion. Hence the VERY hot temperatures suggested by the “blue flash” (up to 15 000°C). Since you have a nuclear chain reaction you must have the delayed neutrons, hence the second explosion a bit more than 2 seconds after the combined nuclear + sodium blast. So here you have the reason why “so much of the fuel was impossible to locate” and the reactor itself totally destroyed, as noted by Filippov et al in their 2006 paper. And sodium explains also why the fire was so difficult to stop.

The programme by the Direction Générale des Armements on “dual use technologies” for “new weapon technologies” called “ASTRID” alike the new programme for a sodium cooled fast reactor (launched more or less at the same time) is alike a smoke signal to the industry that the point of the new weapons is to use sodium-24 as a neutron source… inflammable and very powerful… I explain very well everywhere in this website that all conventional weapons need neutron sources too because all anti armour weapons are nuclear since WW2 and even a bit earlier, since the discovery of fission in 1934 (1936 and the Spanish Civil war, for Italian and German shells, of course). The best way to learn about it is to read my book, free to download.

DGA astrid

Your monthly delivery of birth defects from Fallujah – March 2018 — livraison mensuelle de malformations congénitales de Falloujah – mars 2018

All of these pictures were taken between March 1st and March 30, 2018, in Fallujah Hospital, Iraq. Toutes ces photos ont été prises entre le 1er et le 30 mars 2018 à l’hôpital de Falloujah en Irak.

You can download the ebook for free – vous pouvez télécharger le livre gratuitement

Voir aussi : première reconnaissance par la Commission européenne de la dangerosité de l’uranium appauvri – first acknowledgement by the European commission of the dangerosity of depleted uranium

Nouvelle confirmation de l’utilisation de l’uranium appauvri au Vietnam – another confirmation of the use of depleted uranium in Vietnam (Agent Orange not linked to illnesses / non lié aux maladies)

Uranium mines, the death camps of the Soviet Gulag / les mines d’uranium, camps de la mort du Goulag soviétique

More illnesses linked to uranium / Plus de maladies liées à l’uranium

La “fuite de ruthénium 106” cache un secret lié à l’uranium appauvri / the “ruthenium 106 leak” hides a secret linked to depleted uranium

Chernobyl : uranium forgotten in the cloud / l’uranium oublié dans le nuage de Tchernobyl

Fukushima : l’uranium lui aussi oublié / uranium also forgotten in Fukushima

Malformations du mois passé à Falloujah – last month’s birth defects in Fallujah

And other articles in French on why the RBMK reactor in Chernobyl was a sodium-cooled fast reactor and the link with military technologies (production of Pu239, and of Na24 used as powerful neutron source). And much more on this website…

Please note I am not in contact anymore with Dr Samira Alaani who makes these pictures available as she confirmed the second of my claim which is that knowing too much of these crimes makes you much much more likely to support jihad… Merci de bien noter que je ne suis plus en contact avec la Dr Alaani (qui diffuse ces images en ligne) en raison de son soutien à la terreur islamique, du fait de la haine engendrée par les souffrances causées par ces bombardements à l’uranium appauvri…

 

Payé par vos impôts, au profit de l’IRSN : quand France Culture vous réinvente le modèle linéaire sans seuil… pour le plomb, surtout pas pour les métaux lourds radioactifs ! – nouvelle saisine CSA

Bonjour,

Je reprends exactement les mêmes arguments que dans ma saisine [CSA_265469] sur l’émission Cash Impact : l’effet linéaire sans seuil est démontré pour la radioactivité et en particulier la radioactivité alpha qui dégage une énergie énorme par rapport à n’importe quelle réaction chimique (des MILLIONS de fois plus élevées : un tir alpha représente entre 3 et 7 MeV, une réaction chimique quelques eVs).
Affoler la population sur le plomb en annonçant des chiffres UBUESQUES sur les supposées victimes tout en négligeant de pousser quelques cases à droite dans le tableau périodique des éléments vers les métaux encore plus lourds, radioactifs (uranium, thorium, radium, polonium, et le gaz noble radioactif qu’est le radon) est faire preuve d’une absence totale de déontologie, d’autant que lesdites études ont de toute évidence négligé l’énorme liste des contaminations par émetteurs alpha dans la nature (dont je rends compte ici https://depleteduranium.org/2018/03/17/engrais-de-luranium-dans-votre-potage-et-mes-conseils-pour-se-proteger-des-emetteurs-alpha/ ). Cette absence de déontologie scientifique est CATASTROPHIQUE. Le public se croit informé par une radio estampillée “service public”, il est en réalité totalement désinformé. C’est une HONTE.

Je vous remercie de faire le nécessaire rapidement pour rétablir la vérité et remettre les polluants radioactifs au centre de l’attention du public. Je rappelle une nouvelle fois la reconnaissance par la Commission européenne de la validité de mes travaux (courrier écrit indiquant qu’elle prendra la liberté à l’avenir de se référer à mes travaux), la reconnaissance depuis 2006 par la Commission Internationale de Protection Radiologique du modèle linéaire sans seuil pour les émetteurs RADIOACTIFS, et son usage par le Canada et la Suisse (pas l’IRSN, évidemment, qui est pieds et poings liés avec les bombardements à uranium appauvri, les mines d’uranium, les centrales nucléaires, les nombreux vétérans des guerres du Golfe, des Balkans, de l’Afghanistan, empoisonnés et malades qui demandent indemnisation, etc.).

Cette émission sur le plomb semble faire un copier-coller du modèle linéaire sans seuil utilisé pour la radioactivité et l’appliquer sur quelque chose de non-radioactif, sur la base d’une seule étude qui, par ailleurs, en étudiant le plomb, a certainement aussi analysé incidemment (sans les reconnaître) les métaux radioactifs super-lourds qui contaminent le plomb (puisque le plomb est généralement extrait dans des régions à forte radioactivité naturelle). Ceci n’est qu’une de mes critiques de l’étude qui de toute façon n’a PAS pris en compte ce facteur (je le répète, il y a des sources multiples de contamination liées à l’agriculture, à l’eau du robinet, aux activités industrielles, à la pollution automobile, etc. qui apportent dans le corps humain une pollution aux nanoparticules radioactives que la plupart des chercheurs négligent totalement de rechercher dans leurs échantillons biologiques).

C’est, définitivement, du travail de cochon.
J’espère que le CSA fera son oeuvre et sanctionnera ces journalistes incompétents – il suffit de taper “modèle linéaire sans seuil” sur Google pour tomber sur trois premiers résultats qui parlent de radioactivité, et uniquement de radioactivité…

Merci d’avance.

Florent Pirot, secrétaire de l’association européenne contre les armes à uranium appauvri http://www.depleteduranium.org

Engrais : de l’uranium dans votre potage. Et mes conseils pour se protéger des émetteurs alpha

L’article de Paolo Scampa (qui est co-auteur de mon livre sur les armes à uranium appauvri) sur les phosphates utilisées systématiquement comme engrais permet de se donner une idée de la contamination potentielle. https://aipri.blogspot.fr/2016/09/les-engrais-radioactifs.html
Il faut bien sûr prendre en compte le fait qu’une petite partie seulement de l’uranium, du thorium et de ses descendants seront absorbés par la plante mais c’est un facteur parmi d’autres de contamination.

Ces facteurs ne sont, je le répète, JAMAIS pris en compte dans les “études scientifiques” sur les pesticides, perturbateurs endocriniens et autres produits chimiques. C’est ce que je ne cesse de répéter.
A propos du dernier Cash Impact sur les pesticides et du manque de sérieux des journalistes qui s’appuient sur des études biaisées, je vous invite à lire ma saisine du CSA : https://depleteduranium.org/2018/03/16/courrier-au-csa-sur-le-traitement-differencie-des-pesticides-et-de-luranium-autres-emetteurs-alpha-dans-les-medias/
Pour compléter l’argument sur les “études sur les pesticides” et le traitement du sujet par l’équipe d’Elise Lucet cet article néglige la dangerosité de l’uranium (il en parle) mais il est néanmoins intéressant : https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/blog/100318/cash-impact-et-les-pesticides-entre-erreurs-et-sensationnalisme#_edn18
(l’uranium “dans le corps” est TOUJOURS d’origine extérieure et, toujours radioactif (!) il est toujours dangereux, à proportion du volume incorporé)

Il est d’ailleurs curieux de voir que dans les deux reportages Cash (2016 et 2018) apparaît l’expression “l’atrazine est l’uranium des pesticides” (en ce qui concerne la persistance de la pollution dans l’environnement), ce qui sous entend TRES CLAIREMENT que les journalistes ont conscience du problème de l’uranium, probablement via les bombes à uranium appauvri pour lesquelles cette question de la durée infinie (à notre échelle) de la pollution des sols est largement connue, mentionnée très souvent dans les écrits les plus accessibles sur le sujet.
Mais, malgré cela, aucun reportage…

Petit rappel au fait : pour se protéger à l’heure actuelle des émetteurs alpha :
– Pas de gaz de ville chez soi (ni propane ni butane…) vecteur de RADON qui augmente vraisemblablement de façon très significative les taux de radon
– Ne pas boire d’eau du robinet en région à forte radioactivité naturelle
– Se souvenir aussi que le radon sort de l’eau, surtout si on chauffe l’eau, donc surtout ne pas batifoler dans sa baignoire le nez à quelques centimètres de l’eau chaude en provenance directe des montagnes à forte radioactivité naturelle et ne pas passer trop de temps sous la douche
– Ne pas boire d’eau minérale, uniquement de l’eau de source en provenance de région à faible radioactivité naturelle (“l’eau de source des volcans d’Auvergne”, ça ne marche pas)
(il serait facile de développer des technologies et de fournir des services de dépollution, mais rien de tel n’existe à l’heure actuelle…)
– Attention quand vous videz les sacs des aspirateurs : s’il y a du radon, il se transforme en éléments solides qui se déposent au sol et continuent d’émettre de la radioactivité
– Idem si vous vous exposez souvent à la poussière lors par exemple de travaux type percement de trous dans des murs granitiques, ou en ciment fabriqué avec des sols de régions à forte radioactivité naturelle
– Le sable pour le béton et les matériaux de construction viennent souvent de carrières proches des maisons donc en région à forte radioactivité naturelle ne pas acheter de matériaux d’origine locale, importer. Ou construire en bois par exemple… (c’est esthétique en plus)
– On peut installer soi même ou faire installer des extracteurs d’air dans ses sous-sols pour évacuer le radon. (bien sûr placer la bouche d’évacuation de sorte que tout ne rerentre pas !) sinon le radon de vos vide sanitaires et autres buanderies remonte progressivement dans vos rez-de-chaussée…
– Ne pas manger de viande ni de produits animaux en général permet bien évidemment de s’épargner une bonne partie de la contamination car, puisque les animaux boivent de l’eau riche en éléments radioactifs, et mangent beaucoup de végétaux issus d’une agriculture utilisant des phosphates, l’uranium, le thorium etc. REMONTENT LA CHAÎNE ALIMENTAIRE. (c’est un fait scientifique connu depuis longtemps que les prédateurs au sommet de la chaîne alimentaire sont de grands accumulateurs de “métaux lourds”, suivez mon regard…)

****
Ce que l’on comprend déjà (sans voir le lien avec l’uranium, le thorium etc.) :

– S’éloigner des incinérateurs, éviter la pollution automobile, les cheminées des usines sidérurgiques, tout ce qui brûle du charbon, les raffineries etc. (listing et explications https://depleteduranium.org/2017/10/17/listing-des-sources-de-contamination-radioactive-pour-letre-humain-hors-zones-de-guerre/ lié à l’extraction du pétrole et gaz par charges creuses (comme les missiles, juste (vraisemblablement) sans l’uranium appauvri, j’en ai déjà parlé à de très nombreuses reprises))

Courrier au CSA sur le traitement différencié des pesticides et de l’uranium & autres émetteurs alpha dans les médias

hot-particle-lung-tissue1997
Tirs alpha d’une nanoparticule dans les poumons (singe) : on voit très bien les trainées de destruction tout autour qui détruisent les cellules. Uranium, plutonium, radium, radon, c’est pareil, toujours des tirs alpha d’énergie similaire. (photo Del Tredici 1998)

Madame, Monsieur,
J’estime qu’il y a un très profond problème de déontologie avec l’émission d’Elise Lucet et de l’équipe Cash Impact sur les pesticides.
Cette émission a présenté un point de vue unique sur la dangerosité des pesticides mais ne s’est pas fondée sur un travail scientifique sérieux. La dangerosité des pesticides est TRES contestée, le glyphosate en particulier, la recherche diverge et beaucoup de scientifiques affirment sa non-nocivité. Même le classement “cancérigène” par le CIRC n’est qu’un classement “potentiel”, au même niveau par exemple que l’EAU CHAUDE. https://www.cancer.org/latest-news/world-health-organization-says-very-hot-drinks-may-cause-cancer.html La recherche démontre depuis de nombreuses années l’effet à faible dose (linéaire sans seuil) des émetteurs alpha présents dans l’environnement (uranium, thorium, radium, radon, polonium etc) et le modèle linéaire sans seuil est le modèle recommandé par la Commission Internationale de Protection Radiologique depuis 2006 (il est utilisé au Canada et a récemment été adopté par le gouvernement fédéral suisse). De très nombreuses études ont montré les effets dans les régions à forte radioactivité naturelle (par exemple Kochupillai et al 1976 dans une lettre à Nature sur la trisomie 21, voir aussi la revue de la littérature parue dans le journal scientifique Biological Reviews par Timothy Mousseau et Anders Moller en 2012 qui montre également l’effet mutagène même à faible dose… lire https://depleteduranium.org/2018/03/03/la-mauvaise-foi-de-lirsn-concernant-les-faibles-doses/ et https://www.change.org/p/say-no-to-depleted-uranium-weapons-non-aux-armes-%C3%A0-uranium-appauvri/u/22463183). Les variations de radioactivité naturelle et les nombreux autres facteurs de contamination interne par émetteurs alpha (eau en bouteille en provenance de régions à forte radioactivité naturelle, présence d’émetteurs alpha dans les phosphates, dans le pétrole, le charbon, le gaz naturel (radon dans ce cas précis), dégagement de ces émetteurs alpha lors de l’incinération des déchets, etc) ne sont PAS pris en compte dans les études et, j’insiste, la COMMISSION EUROPEENNE l’a récemment reconnu dans un courrier en réponse à mon interpellation ( https://depleteduranium.org/2018/01/09/first-european-commission-acknowledgement-on-depleted-uranium-dangerosity-for-human-health-premiere-reconnaissance-par-la-commission-europeenne-sur-la-dangerosite-de-luranium-appauvri-pour-la-sant/ ). J’ai montré des variations extrêmement significatives de nombreuses maladies (cancers, autisme, trisomie 21, schizophrénie, maladies neuromusculaires, endocrines, immunes, sanguines, malformations congénitales) en m’appuyant sur de très grandes études épidémiologiques recoupées avec les variations de radioactivité naturelle. J’ai interpellé, avant le reportage, l’équipe de Cash Impact via Twitter en présentant mes résultats et la reconnaissance par la Commission européenne https://twitter.com/FlorentPirot/status/968161863186964480, je n’ai bien sûr pas eu de réponse.
Voir aussi https://www.change.org/p/say-no-to-depleted-uranium-weapons-non-aux-armes-%C3%A0-uranium-appauvri/u/22468889 à propos du quasi-silence de la CRIIRAD sur la dangerosité des faibles doses d’émetteurs alpha en contamination interne.

J’estime donc que l’équipe de Cash Impact fait un très mauvais travail. Cela pose un vrai problème de déontologie. En tant qu’économiste, et sachant parfaitement que la France n’est pas un pays d’industrie chimique et encore moins de pesticides (les principales entreprises sont allemandes, américaines, suisses), j’ai tendance à voir là une main politique qui incite à entretenir une agitation non fondée pour permettre la prise de mesures protectionnistes et, essentiellement, assurer le silence absolu sur la dangerosité des émetteurs alpha comme l’uranium, le radon, le radium, et des bombardements à uranium appauvri (l’armée française en étant une très grande utilisatrice).

Les émetteurs alpha sont partout et j’estime au vu des taux de variations énormes liés seulement à la radioactivité naturelle (ces taux de variation étaient au centre de mon adresse à la Commission européenne, qui a bien dit qu’elle “prendra la liberté de faire référence à mes travaux à l’avenir dans des discussions avec les autres parties prenante”) que si on les combine avec les autres sources de contamination aux émetteurs alpha (charbon, pétrole, gaz de ville, phosphates, incinérateurs, eau du robinet et en bouteille, animaux nourris avec de l’eau contaminée et des végétaux également contaminés) on recoupe quasi 100% des cancers et maladies héréditaires.

J’espère donc que des mesures seront prises pour ramener de la déontologie dans ce programme TV et surtout, plus généralement, sur la question de l’absence totale de traitement des problèmes relatifs à l’uranium et aux bombardements à uranium appauvri dans les médias du service public.

En vous remerciant,